Archive pour la catégorie ‘Les compagnes des fougères au jardin’

Ophiopogon planiscapus ‘Nigrescens’

Samedi 21 février 2015

Ophiopogon planiscapus 'Nigrescens'

Le genre Ophiopogon rassemble des plantes herbacées vivaces appartenant à la famille Asparagaceae. Toutes les espèces du genre Ophiopogon sont endémiques de l’Est de l’Asie. Un autre genre de la famille, très proche d’ Ophiopogon est le genre Liriope avec lequel il peut aisément être confondu. La différence la plus visible entre les deux genres est la couleur des fruits. Ils sont noirs chez Liriope tandis que ceux d’ Ophiopogon sont bleus.

Ce cultivar très répandu d’ Ophiopogon planiscapus que l’on trouve parfois sous le nom de ‘Black Dragon’ possède un feuillage linéaire noir, et contrairement aux autres espèces des fruits noirs. Le feuillage est persistant et la plante est  parfaitement rustique jusqu’en zone 6. Bien que lente à s’étendre, elle fait preuve d’une grande solidité, s’adaptant à tous types de sols et à toutes les expositions. Elle ne redoute que les sols détrempés.

Elle est ici largement utilisée avec les fougères de petit développement telles que, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium trichomanes, Asplenium scolopendrium, Asplenium ceterach, Athyrium niponicum, Blechnum penna-marina, Cheilanthes lanosa, Dryopteris affinis ‘Crispa gracilis’, pour n’en citer que quelques unes.

Luzula sylvatica ‘Marginata’

Samedi 7 février 2015

Luzula sylvatica 'Marginata'

Bien que le genre Luzula appartienne à la famille des Juncacées, il se distingue par la présence de feuilles à limbe plat alors que la plupart des autres membres de la famille sont aphyylles, c’est-à-dire sans feuilles, leurs tiges cylindriques et sans noeuds assurant le processus de la photosynthèse.

Le cultivar ‘Marginata’ possède des feuilles panachées, avec des marges foliaires blanc crème. La plante est très vigoureuse et peut à juste titre être considérée comme l’une des meilleures luzules pour le jardin. Ici sur la photo, en bas et à gauche, elle accompagne deux fougères au feuillage à reflets argentés qui sont pour la plus haute, Athyrium ‘Ghost, et pour la plus basse, Athyrium niponicum ‘Pictum’.

Billbergia ‘Buchholtzii’

Samedi 17 janvier 2015

Billbergia 'Buchholtzii'

Après avoir passé l’été au jardin, Billbergia ‘Buchholtzii’  que j’avais rentré à l’intérieur vient de fleurir pour la première fois. On notera le large développement et la teinte spectaculaire des bractées rose fuchsia qui enserrent la hampe florale. Le feuillage est redevenu vert depuis qu’il n’est plus exposé au soleil. Ce sont des plantes extrêmement résistantes, de culture facile et se multipliant rapidement. Pendant les mois d’hiver il est plus prudent de ne pas laisser d’eau en permanence dans le cylindre formé par la base des feuilles car le risque de pourriture est important.

Il est regrettable que ces plantes soient si peu diffusées tant elles sont faciles à vivre et dépourvues d’exigences. On trouvera ICI une abondance d’informations et de photos sur tous les genres, espèces et cultivars de broméliacées. Voilà de quoi ensoleiller les tristes journées d’hiver en attendant le retour des beaux jours.

Rohdea japonica ‘Miyakonojo’

Samedi 20 décembre 2014

Rohdea japonica 'Miyakonojo'

Comment ne pas succomber au charme des Omoto lorsqu’au coeur de l’hiver ils se parent de baies écarlates et viennent illuminer la plus grise des journées ? Le cultivar nommé ‘Miyakonojo’ porte de grandes feuilles dressées et ornées d’un liseré blanc.

Bonnes fêtes de fin d’année.

Billbergia ‘Fantasia’

Samedi 29 novembre 2014

Billbergia 'Fantasia'

Billbergia ‘Fantasia’ est un hybride d’obtention ancienne dont l’un des parents est connu comme étant Billbergia pyramidalis, parent auquel il doit sa hampe florale écarlate qui est toutefois moins compacte. Les fleurs violacées sont malheureusement éphémères comme chez la plupart des espèces du genre Billbergia mais le principal attrait de cet hybride reste le feuillage. Les feuilles disposées en vase étroit sont rigides et marbrées de blanc, si bien que vue de loin la plante apparait presque blanche. Comme ces marbrures sont exemptes de chlorophylle, il faudra éviter une exposition trop ensoleillée, susceptible d’entrainer des brûlures au niveau de ces zones. Billbergia ‘Fantasia’ n’est pas rustique et devra être rentré à l’intérieur pour les mois d’hiver. Il est alors préférable de réduire au minimum les arrosages et de ne pas laisser d’eau stagner au coeur des feuilles sous peine de la voir croupir et d’entrainer la pourriture de la plante. Ce mode d’arrosage qui consiste à toujours laisser de l’eau dans le vase formé par les feuilles disposées en cylindre est bénéfique  en été pour les plantes cultivées en plein air mais peut s’avérer dangereux pendant l’hivernage.

Hedychium spicatum ‘Singalila’

Samedi 1 novembre 2014

Hedychium spicatum 'Singalila'

Hedychium spicatum appartient à la famille Zingiberaceae. C’est l’une des espèces d’ Hedychium les plus largement répandues avec une aire de distribution qui recouvre l’ Himalaya, le Népal, le Myanmar, le nord de la Thaïlande, le Xizang (région autonome du Tibet) et les provinces du sud-ouest de la Chine, comme le Guizhou, le Sichuan et le Yunnan.

Poussant jusqu’à une altitude de 2900 mètres, sa rusticité est évaluée jusqu’à -15°, ce qui en fait avec Hedychium densiflorum l’une des espèces les plus rustiques à cultiver sous nos climats. Plante de petite taille  pour le genre, puisque atteignant tout au plus 1 mètre de haut, Hedychium spicatum est l’une des premières à fleurir en début d’été. Si les fleurs sont relativement clairsemées, ce défaut est largement compensé par leur fort parfum. Le feuillage très tendre craint les fortes chaleurs, ce qui devra inciter à le cultiver à mi-ombre dans les régions les plus chaudes et à bien l’arroser car il apprécie les sols frais à humides, conditions de culture qui s’apparentent à celles requises par la plupart des fougères.

De nombreuses formes de l’espèce ont été introduites en culture. Hedychium spicatum ‘Singalila’ est une forme qui a reçu son nom de cultivar de l’endroit où elle a été prélevée, la crête de Singalila qui marque la limite entre le Népal et le Sikkim. Cette forme est plus florifère que l’espèce type et le revers des feuilles est pourpre, ce qui dénote une adaptation naturelle à des conditions ombragées, dans la mesure où cette coloration agit comme réflecteur interne de lumière, permettant à la plante de capter le plus de lumière possible. Le parfum des fleurs rappelle la vanilline, cet arôme de synthèse qui imite en plus violent la douce vanille, et la note de clou de girofle de l’oeillet mignardise. Ce parfum vraiment addictif est à savourer quand la rosée est encore présente car il s’évanouit avec l’arrivée du soleil et de la chaleur.

Puya mirabilis

Samedi 18 octobre 2014

Puya mirabilis

Puya est un genre de broméliacées terrestres, originaires du sud du continent américain. Beaucoup d’espèces proviennent de régions situées à plus de 2000 mètres d’altitude où elles doivent affronter des conditions très rudes en termes de froid et de sécheresse. Ce genre comporte la plus grande broméliacée connue, Puya raimondii qui atteint 3 mètres de haut hors floraison et 10 mètres avec la hampe florale. La floraison survient vers l’âge vénérable de 150 ans, autant dire qu’il s’agit là d’un véritable évènement !

Originaire de Bolivie et d’ Argentine, de taille plus modeste, mais fleurissant dès son plus jeune âge, Puya mirabilis produit une hampe florale de plus d’un mètre de haut. Les fleurs dont la forme rappelle celle des fleurs de lys  ne sont malheureusement pas de ce bleu métallique, presque irréel, qui a fait la réputation du genre, mais d’un jaune verdâtre assez discret. Le feuillage relativement inerme pour un Puya, avec des épines espacées, souples et courtes, en fait une plante beaucoup plus fréquentable que la plupart de ses congénères, dont les feuilles largement bordées d’épines font office de fil barbelé, moyen de protection efficace s’il en est contre les prédateurs qui seraient tentés de goûter au feuillage.

Sous nos climats le degré de rusticité reste difficile à évaluer. On l’estime comme étant de l’ordre de – 5°, à condition que la plante soit protégée de l’humidité hivernale et cultivée à un emplacement chaud et ensoleillé.

Billbergia ‘Buchholtzii’

Samedi 27 septembre 2014

Billbergia 'Buchholtzii'

Billbergia ‘Buchholtzii’ est une plante appartenant à la famille Bromeliaceae. Cette vaste famille qui comporte plus de 3000 espèces réparties dans 56 genres est exclusivement originaire du continent américain, à l’exception d’une seule espèce Pitcairnia feliciana, présente en Afrique de l’ Ouest.

Billbergia ‘Buchholtzii’ est un hybride dont l’origine est mal connue, je ne pourrai donc pas en dire davantage à son sujet, ma plante n’ayant pas encore fleuri.Elle parait plus ‘bronzée’ que les photos que l’on trouve habituellement car elle a été exposée au soleil mais les bandes horizontales argentées restent visibles. La résistance à la sécheresse est bonne car grâce à ses feuilles disposées en cylindre et formant un vase, la plante peut stocker  l’eau.

Billbergia ‘Buchholtzii’ accompagne en beauté Platycerium bifurcatum qui apprécie également les expositions lumineuses et sait se contenter de peu d’arrosage.

Billbergia nutans ‘Variegata’

Samedi 13 septembre 2014

Billbergia nutans 'variegata'

Billbergia est un genre appartenant à la famille Bromeliaceae et parmi la soixantaine d’espèces que comporte ce genre, Billbergia nutans est probablement la plus répandue et la plus cultivée. Elle est originaire du sud du Brésil,du Paraguay,du nord de l’Argentine , de l’Uruguay, et adopte indifféremment un comportement terrestre ou épiphyte. Le feuillage se compose de quelques feuilles disposées en cylindre et formant un vase destiné à recueillir l’eau. Sa floraison  en épi retombant, particulièrement gracieuse, lui a valu le surnom de ‘larmes de la Reine’, elle ne dure malheureusement que peu de temps. Les fleurs  d’un jaune verdâtre sont bordées de bleu et accompagnées de bractées roses.  Comme la plante est robuste et la croissance rapide, elle peut se montrer envahissante en climat doux. Sa rusticité est estimée de l’ordre de -5°.

Si le feuillage de l’espèce type reste d’un vert assez terne et prend une teinte bronze un peu triste après la floraison, celui de Billbergia nutans ‘Variegata’, largement marqué de stries claires, prend une somptueuse teinte rose quand il est cultivé en plein soleil. Comme on pourrait s’y attendre avec ce type de feuillage panaché la rusticité est plus faible. Il existe une certaine ressemblance entre Billbergia nutans ‘Variegata’ et un cultivar de Billbergia, connu sous le nom de Billbergia ‘Santa Barbara’, sans que l’on puisse établir avec certitude un lien de parenté entre les deux.

Aechmea recurvata

Samedi 26 juillet 2014

Aechmea recurvata

Un avant goût de vacances avec la floraison de cette broméliacée, Aechmea recurvata, véritable feu d’artifice qui a illuminé le jardin il y a quelques semaines…